Dojo Bouddhiste Zen

rue neuve des Carmes, Clermont-Ferrand

Archives et Liens

 

Documents de présentation sur le dojo de Clermont-Ferrand

Plaquette recto-verso (version septembre 2017)

Carte de coordonnées

 

Liens

L'AZI (Association Zen Internationale)

La brochure de l'AZI : "Qu'est-ce le Zen ?"

L'ABZE de Roland Yuno Rech (responsable du temple Gyobutsuji de Nice), qui est notre référent

Le Centre Zen de Lanau, situé à 25km de Saint-Flour et dirigé par Guy Mercier

Le site officiel de la Sotoshu, organisation japonaise de l'école Zen Sôtô

Le film documentaire "A la rencontre de Taisen Deshimaru"

 

Lettre d'information

   En tant qu'adhérent, vous pourrez reçevoir notre lettre d'information mensuelle, avec les dernières nouvelles concernant le dojo suivie d'une deuxième partie plus générale sur un des aspects du bouddhisme.

 

Quelques extraits :

 

Le haïku :

  Le haïku est une forme poétique japonaise qui sous sa forme traditionnelle est de dix sept syllabes (trois séquences de 5/7/5). Cela correspondrait à la durée de l’expiration naturelle, au « rythme fondamental de la respiration ». Les contraintes qu’impose sa forme rigoureusement codifiée deviennent une source de grande liberté car elle ne permet ni distraction ni paresse et, par conséquent, en raréfiant la pensée et les moyens d’expression, oblige à aller au-delà des mots.

  Matsuo Basho est le plus célèbre poète japonais né en 1644 et mort en 1694 à Osaka (période d'Edo). Nourri de culture chinoise et de philosophie bouddhiste, Basho à composé plus de 2000 haïkus.

     Trois exemples de haïkus de Basho :

Herbes de l'été                                           Ce sentier, personne                                         Du cœur de la pivoine
Des valeureux guerriers                          
Ne s’y aventure, sinon                                       L’abeille sort -
La trace d'un songe                                   Le couchant d’automne                                    Avec quel regret !

 

Le kyosaku :

  C'est un bâton de bois, plat, utilisé dans la pratique de zazen. Le bouddhisme zen se montre très rigoureux quant à la posture du méditant, qui ne doit ni s'endormir ni s'agiter pendant la méditation. Le kyosaku est un instrument utilisé afin de revitaliser le corps du méditant qui le demande, lui permettant de rester plein de vitalité ou de calmer son esprit.

  Dans le Zen Sōtō, le kyosaku est administré à la demande du méditant. Pour ce faire, il joint les mains en gassho. La personne qui administre le kyosaku s'approche par derrière, touche légèrement l'épaule droite pour signaler sa présence, et tous deux s'inclinent pour se saluer. Le méditant présente ensuite chaque épaule l'une après l'autre pour recevoir le coup de bâton. Il ne s'agit pas d'une punition, mais d'un moyen propre à réveiller et revigorer le participant qui peut être fatigué durant le zazen.

  Parmi les écoles bouddhistes, seul le zen utilise le kyosaku.

 

La fleur d'Udumbara :

  D'après les soutras bouddhistes, l'Udumbara est une fleur sacrée qui provient du royaume de Bouddha. Le nom de la fleur vient du sanskrit et signifie «fleur bénéfique qui vient du ciel.» Elle est d'une blancheur les plus pures, non corrompue par les couleurs du monde temporel.

  Le Sutra du Lotus du Bouddhisme Mahayana la décrit ainsi : «Une fleur mythique, fleurissant une fois tous les 3000 ans, annonçant la venue du Roi de la Roue d'Or.»

  Un autre soutra bouddhiste, Phonétiques et Interprétations de Huilin, la décrit comme suit : «L'Udumbara est le produit d'un phénomène inquiétant et surnaturel ; c'est une fleur céleste qu’on ne peut pas trouver dans le monde humain. Si le Roi de la Roue d'Or descend dans le monde humain, la fleur se manifestera au moment de l’arrivée de cette grande vertu et bénédiction.»

  En 2005, la fleur d'Udumbara est apparue soudainement sur des statues de Bouddha en Corée du Sud, dans le temple Yongjusa de la province du Gyeonggi et sur le Mont Meru dans la province Jeolla du Sud. Depuis lors, d'autres apparitions de fleurs d'Udumbara ont été signalées à travers le monde.